Comme chaque début de semaine, je vous propose de retrouver l’ensemble de mes actualités de la semaine dernière via ce résumé en ligne : travaux en commission, débats et votes à l’Assemblée nationale, échanges à ma permanence parlementaire de Livry-Gargan, rencontre avec des acteurs associatifs du département, etc.

La semaine a commencé par la visite de l’entreprise sociale et solidaire « Label gamelle » située dans notre département, à l’espace Mozinor. Dans leurs locaux récemment aménagés, Christine Merckelbagh, fondatrice de Label Gamelle, et Vincent Dautry, chef cuisinier de Label Gamelle, ont réuni tous les ingrédients du vivre et faire ensemble.

En effet, grâce à leur travail, La Gamelle permet d’offrir une nourriture saine et savoureuse à des publics dits défavorisés. Cette proposition éthique s’accompagne d’un volet social fort car La Gamelle emploie en contrat d’insertion des personnes renouant avec le monde du travail.

La Gamelle, en synthèse c’est :

✔️plus de 700 repas dans toute l’Ile-De-France

✔️une équipe réunissant plus de 9 nationalités

✔️une entreprise au service de l’économie sociale et solidaire (La Gamelle est une Scop – Société coopérative et participative)

J’ai ensuite participé en visioconférence à la réunion de travail sur la proposition de loi « Diverses Mesures de Justice Sociale » en présence de SOPHIE CLUZEL, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées.

Focus sur l’Allocation Adulte Handicapée (AAH) : comme tout minimum social, l’AAH est fondée sur la solidarité nationale, mais aussi sur la solidarité du foyer conjugal, selon des conditions aujourd’hui beaucoup plus favorables déjà que le RSA.  L’AAH est un minimum social destiné à assurer les conditions de vie dignes aux personnes en situation de handicap dont les ressources sont les plus faibles.

La déconjugalisation de l’AAH, en ne tenant plus du tout compte des revenus du conjoint pour le calcul de ce minimum social, remettrait en cause le cœur des principes sur lesquels est bâti notre système de solidarité. Elle aurait pour effet de favoriser prioritairement les couples plus aisés. Cette déconjugalisation conduirait en outre à faire 44 000 ménages perdants.

La mesure proposée par notre majorité vise à apporter une réponse concrète à la situation des bénéficiaires de l’AAH en couple. En effet, actuellement, la situation n’est pas pleinement satisfaisante : un bénéficiaire de l’AAH reste à l’AAH à taux plein (903 € par mois) tant que le revenu du conjoint ne dépasse pas 1 020 € par mois de revenus nets, soit un niveau de revenu en deçà du SMIC. En outre, si un abattement de 20 % est actuellement appliqué sur les revenus du conjoint, cet abattement est proportionnel et donc non redistributif.

Avec le Gouvernement, nous proposons au sein des députés de la majorité, de modifier les règles d’abattement des revenus du conjoint du bénéficiaire de l’AAH, en passant d’un abattement proportionnel (20 %) à un abattement forfaitaire afin d’avoir un dispositif plus favorable aux bénéficiaires en couple et plus redistributif. Cette solution ne fera aucun perdant,

L’abattement forfaitaire sera fixé à 5 000 €, il permettra désormais que des bénéficiaires de l’AAH dont le conjoint est rémunéré au SMIC puisse conserver l’AAH à taux plein (903 € par mois). Cette mesure représentera un gain moyen de 110 €/mois pour 120 000 bénéficiaires de l’AAH en couple.

Une fois à l’Assemblée nationale, j’ai été très heureux d’y recevoir Youth’s Horizon, think tank composé de jeunes de 12 à 30 ans pour la remise de leur rapport sur l’apprentissage des langues étrangères en France. Je salue leur remarquable travail d’étudiants ouverts sur le monde avec des questions à creuser sur la pratique et la place du numérique.

La journée s’est poursuivie avec l’examen du projet de loi sur l’audiovisuel en présence de Roselyne BACHELOT, ministre de la Culture.

Mardi la journée a été rythmée par différents sujets :

  • Réunion de groupe des députés de la majorité présidentielle
  • Commission interne Culture et Education
  • Séance de questions au Gouvernement suivi des débats consacrés à la restitution de certains travaux des commissions des finances et des affaires sociales

Mercredi, la journée s’est déroulée comme la veille : à l’Assemblée nationale sur différents sujets et travaux, notamment sur la mission d’information sur le droit de diffusion des manifestations sportives.

Jeudi, avant de regagner l’Assemblée nationale, j’ai accueilli Laurent Saint Martin à Clichy-sous-Bois venus échanger avec le maire de la ville, Olivier Klein, sur les bonnes pratiques en matière de renouvellement urbain et de copropriétés.

Vendredi, au-delà des travaux à l’Assemblée nationale, la journée a été placée sous le signe des commémorations de l’appel du 18 juin 1940 du Général De Gaulle: le matin à Livry-Gargan, avec Pierre-Yves Martin, et le soir au Raincy, avec Jean-Michel Genestier.

En fin d’après-midi, j’ai participé à une visite organisée par le maire de Clichy-sous-Bois dans le quartier allant de l’école Jean Jaurès au Bois du temple. Un secteur qui m’est cher : celui de mes années de directeur d’école.

Samedi, j’ai pu retrouver clubs et associations sportives à l’occasion de diverses manifestations notamment Le Raincy Football Club pour le challenge Maurice Cottenet.

Dimanche : l’appel aux urnes. Avait lieu le premier tour des élections régionales pour lesquelles je suis candidat aux cotes de Laurent Saint-Martin et des élections départementales. Qualifié pour le second tour, je vous donne rendez-vous dimanche prochain.