Comme chaque début de semaine, je vous propose de retrouver l’ensemble de mes actualités de la semaine dernière via ce résumé en ligne.

Mais avant cela, j’aimerais profiter de ce temps de partage avec vous pour renouveler mes plus sincères condoléances à la famille et aux proches d’Éric Raoult, qui nous a quittés la semaine dernière, avec une pensée particulière pour sa femme Corinne. Ancien maire, ministre et député de notre circonscription, j’assisterai ce jeudi à l’hommage qui lui sera rendu dans la ville du Raincy.

Lundi, la semaine a commencé à ma permanence parlementaire de Livry-Gargan avec des habitants des villes de notre circonscription qui souhaitaient échanger sur différents sujets, aussi bien locaux que nationaux. Pour rappel, mes équipes et moi-même nous tenons à votre disposition pour vous recevoir sur rendez-vous uniquement en raison du protocole sanitaire en vigueur. N’hésitez à nous contacter: par mail permanence.stephaneteste@gmail.com ou par téléphone 01 41 54 69 48.

En fin d’après-midi, j’ai participé à un point d’échange sur diverses mesures de justice sociale avec Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat, auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées et Olivier Dussopt, Ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics

Mardi, j’ai regagné l’Assemblée nationale pour y participer à différents travaux hebdomadaires :

  • Réunion de groupe des députés de la majorité présidentielle
  • Commission interne culture et éducation dont je suis vice-président
  • Séance de questions au gouvernement
  • Déclaration du Gouvernement relative à l’organisation des prochaines élections, suivi du vote. Pour rappel, les élections départementales et régionales se tiendront les 20 et 27 juin prochains. L’objectif est clair : tout faire pour que le taux de participation soit le plus élevé possible, pour que les électeurs, les candidats et les organisateurs puissent s’exprimer et agir dans le cadre le plus incitatif et le plus sécurisé possible. Le gouvernement entend, sur ce sujet comme sur les autres, prendre et assumer ses responsabilités en :
  • mettant en place un site internet permettant aux électeurs de disposer de l’ensemble des professions de foi des candidats
  • en mettant en œuvre toutes les dispositions permettant d’assurer la sécurité sanitaire avec un protocole sanitaire renforcé
  • et avec la vaccination proposée à l’ensemble des membres des bureaux de vote s’ils le souhaitent (des tests seront disponibles, à défaut de vaccination souhaitée)
  • en rendant possibles les déplacements pour les candidats au-delà des 10 km dans le ressort de la circonscription électorale ainsi que des militants qui les accompagnent
  • en facilitant le recours au vote par procuration (mise en place de la possibilité de prendre deux procurations par personne) et en élargissant les horaires des bureaux de vote, de 8h à 20h, dans toutes les communes où cela sera pertinent afin de limiter les flux de circulation de personnes

Mercredi, j’ai passé la journée à l’Assemblée nationale entre débat dans l’hémicycle et travaux en commission Culture et Education. J’ai notamment porté un amendement visant à inscrire dans le code forestier la priorité d’utilisation des sols déjà artificialisés dans le cadre de la délivrance des autorisations de défrichement. Il s’agit de lutter contre l’artificialisation des sols et de maintenir les espaces forestiers boisés.

Jeudi et vendredi, j’étais dans l’hémicycle notamment sur le projet de loi Climat et Résilience.

Le projet  de  loi  portant  lutte  contre  le  dérèglement  climatique  et  renforcement  de  la résilience face à ses effets (dit «Climat et Résilience») est issu des propositions formulées par la Convention citoyenne pour le Climat (CCC), dans le cadre d’un processus de démocratie participative inédit.

Présenté en Conseil des ministres le 10 février 2021, le texte comprend 69 articles structurés autour de 6 chapitres : Consommer, Produire et travailler, Se déplacer, Se loger, Se nourrir, Renforcer la protection judiciaire de l’environnement.

Il vise à « accélérer la transition de notre modèle de développement vers une société neutre en carbone, plus résiliente, plus juste et plus solidaire voulue par l’Accord de Paris sur le Climat ». Au-delà de l’accompagnement des entreprises  vers  des  modes  de  production  plus respectueux de l’environnement, l’objectif est d’ancrer la transition écologique dans la société en inscrivant l’écologie dans le quotidien des Françaises et des Français. Une quarantaine d’articles  concernent  également  les  collectivités  territoriales  qui  doivent  être  pleinement associées à cette dynamique, pour une mise en œuvre des mesures au plus près des réalités locales.

Au total, ce texte  transpose  plus  d’un  tiers  des  149  propositions  de  la  CCC.  Près  de 25 propositions ont déjà trouvé une réponse dans le cadre du plan France Relance ou du projet de loi de finances pour 2021. Une dizaine relève du niveau réglementaire et notamment de l’application de la loi orientation des mobilités et de la loi pour la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire. Enfin, 16 propositions nécessitent une action au niveau international ou de l’Union européenne.

Ce projet de loi doit donc s’appréhender dans une dynamique d’ensemble, en complément des nombreux textes déjà votés depuis le début de la Législature (EGalim, loi hydrocarbures, loi  énergie  climat,  loi  anti-gaspillage  pour  une  économie  circulaire,  loi  d’orientation  des mobilités) mais aussi avec le projet de loi constitutionnelle visant à compléter l’article 1erde la Constitution et relatif à la préservation de l’environnement, en cours d’examen.

La Présidence française de l’Union européenne en 2022 permettra également à la France de renforcer sa diplomatie environnementale alors qu’un nouveau paquet législatif européen est attendu pour concrétiser les objectifs du Pacte vert et les nouveaux objectifs climatiques décidés à l’issue du Conseil européen des 10 et 11 décembre 2020 (réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55% d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990 afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050).

Fruit de mes rencontres avec différentes associations environnementales, j’ai pu aussi porter des amendements concernant la restauration collective.

Le weekend, j’étais à votre rencontre au marché Jacob de Livry-Gargan. L’occasion de vous partager ma lettre semestrielle et d’échanger sur l’actualité.