Avant de revenir sur les temps forts du mois de décembre, permettez-moi de vous souhaiter une belle année 2020. Que cette année vous apporte à vous ainsi qu’à vos proches santé et bonheur. Soyez assurés que cette année encore je serai à vos côtés pour défendre les intérêts de nos villes (Clichy-sous-Bois, Coubron, Le Raincy, Livry Gargan, Montfermeil, Vaujours) et venir à votre rencontre. J’en profite d’ailleurs pour vous rappeler que je me tiens à votre disposition tous les lundis à ma permanence de Livry-Gargan sur rendez-vous (mail : permanence.stephaneteste@gmail.com). Le dernier mois de l’année 2019 a été marqué par l’actualité autour de la réforme des retraites. Nombreux sont les habitants de ma circonscription à m’avoir interpelé par écrit ou par oral pour m’interroger sur la réforme des retraites. Entre fakenews et annonces des uns et des autres, il est souvent difficile de s’y retrouver. Dans ce contexte, et à la suite du discours du Premier Ministre en décembre dernier, j’ai pris le temps dans cette newsletter de revenir sur les éléments annoncés et ainsi je l’espère, répondre à certaines de vos interrogations et inquiétudes. Plus localement, je reviens aussi sur deux sujets sur lesquels je me suis engagé à vos côtés : les délais d’obtention d’une date pour l’examen du permis de conduire dans le département et la casse de Coubron.

Je vous souhaite une belle lecture !

A l’Assemblée Nationale

Réforme des retraites : ce qu’il faut retenir du discours d’Edouard Philippe

Le Premier ministre a présenté, mercredi 11 décembre devant le CESE, le projet de réforme des retraites : un système universel, juste, solide et solidaire, une réforme annoncée et concertée. C’est un projet de transformation qui refonde le pacte entre générations issu du Conseil national de la Résistance, tout en restant fidèle à son esprit et en l’adaptant à une société de mobilité professionnelle et aux nouvelles précarités 

Réforme des retraites : ce qu’il faut retenir du discours d’Edouard Philippe | Stéphane Testé (stephaneteste.fr)

Sur le terrain

Défendre vos intérêts sur les délais d’obtention d’une date pour l’examen du permis de conduire dans le 93

Suite à un rendez-vous à ma permanence parlementaire, j’ai interrogé le Gouvernement sur les délais d’obtention d’une date pour l’examen du permis de conduire dans le département de Seine-Saint-Denis. Il apparait en effet que les délais sont particulièrement longs dans notre département et que cela peut être préjudiciable pour nos jeunes en terme financier et en matière de mobilité et d’emploi. C’est pourquoi, j’ai demandé au Gouvernement quelles mesures étaient envisagées pour permettre à ces jeunes de passer leur permis dans des délais raisonnables. Je demandais également s’il était envisagé de mettre en place un système d’inscription en ligne similaire à celui existant pour l’examen du code de la route.

En réponse, la ministre des Transports m’a indiqué que plusieurs mesures avaient été mises en place dans le 93 :

  • le nombre des agents chargés de la réalisation des examens en Seine-Saint-Denis est passé de vingt-six à trente-trois entre avril 2018 et septembre 2019.
  • Le délai médian d’attente d’une place d’examen dans ce département est passé de 60 jours en avril 2018 à 51 jours en septembre 2019.
  • Par ailleurs, un système d’inscription en ligne, à destination des candidats libres « Candilib », est en test en Seine-Saint-Denis depuis juillet 2018.

Ces mesures auxquelles s’ajouteront d’autres mesures nationales dès 2020 permettront sans aucun doute de raccourcir les délais de passage du permis de conduire.

Retrouvez sur le lien ci-dessous ma question et la réponse de la ministre : http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-7349QE.htm?fbclid=IwAR3BJmul7Qzs8wT1vb5Fb06BuhcuUR69uJsA-ue9VShZOSBpiGUZj2ZbnaE

Mobilisé sur le sujet de la casse de Coubron

À l’invitation de Coubron Environnement, j’ai participé en fin d’année dernière à une réunion sur la problématique de la casse automobile située en bordure de la forêt de Bondy. Cette installation génère des pollutions et nuisances qui ne cessent de s’aggraver. Aux côtés du maire Ludovic Toro, et en total soutien au collectif de riverains, j’ai écrit au préfet pour qu’il nous éclaire sur les suites de son arrêté pris en octobre dernier. Cet arrêté exige la vérification des détecteurs de fumées de gaz combustibles et des installations électriques du site et concerne le respect des règles d’entreposage des véhicules hors usage avant et après dépollution, sachant qu’il a été constaté un volume de déchets stockés en trop grande quantité.