Comme chaque lundi, je vous propose de retrouver via cet article en ligne l’ensemble des travaux et réunions auxquels j’ai participé la semaine dernière : intervention en commission culture et éducation et dans l’hémicycle, échanges en circonscription, etc.

Mais avant cela, j’aimerais adresser mes pensées aux familles des victimes de l’attentat de Nice. En effet, les niçois ont à nouveau été frappés par l’horreur lors de l’attaque qui a eu lieu à la basilique Notre-Dame de l’Assomption en fin de semaine dernière. Ensemble faisons front et ne laissons rien passer.

Enfin, en ces temps de confinement, je suis contraint de limiter les rendez-vous à ma permanence parlementaire. En revanche, toujours soucieux d’être à votre écoute, je vous invite à ne pas hésiter à me contacter par mail à l’adresse suivante  permanence.stephaneteste@gmail.com ou par téléphone à ma permanence parlementaire  01 41 54 69 48. Mon équipe et moi-même ne manquerons pas de vous répondre et organiser si besoin un rendez-vous téléphonique plus approfondi. Par ailleurs l’accueil téléphonique reste maintenu.

Lundi, j’étais absent pour raisons médicales familiales.

Mardi la journée a commencé par différentes réunions que j’ai suivies via vidéo conférence afin de respecter les règles sanitaires en vigueur :

  • Echanges sur le budget enseignement scolaire
  • Réunion de groupe des députés de la majorité présidentielle

Le reste de la journée a été placé sous le signe de la culture :

  • Début d’après-midi et fin d’après-midi / soirée : réunion interne puis commission  avec Roselyne Bachelot, ministre de la culture, pour examiner les crédits budgétaires alloués à ce secteur. Entre les 5 milliards d’euros de mesures d’urgence et les 2 milliards d’euros du plan France Relance, la mobilisation est totale pour soutenir les acteurs culturels. Un budget 2021 en hausse de 4,8%. J’en ai profité pour l’interroger sur les suites du pass culture, dont le 93 fut un des départements d’expérimentation. Retrouvez l’ensemble de mon intervention via le lien suivant : https://www.facebook.com/StephaneTeste93/videos/724980931431379
  • Dans l’intervalle, séance de questions au gouvernement et vote du projet de loi de finance de la sécurité sociale (PLFSS), évoqué plus en détail lors du résumé précédent.

Mercredi, je suis intervenu à La tribune de l’Assemblée Nationale sur le budget de l’enseignement scolaire dont nous examinons les crédits 2021 :

  • 2000 créations de postes en primaire malgré une baisse démographique
  • 4000 recrutements d’AESH pour accompagner le handicap
  • 400 millions d’euros pour la revalorisation des enseignants en cours de discussion dans le cadre du Grenelle débuté il y’a quelques jours.

Après la prise de parole du Président de la république mercredi soir, le Premier ministre Jean Castex est venu, jeudi matin, dans l’hémicycle devant l’ensemble des députés présents pour présenter les nouvelles mesures de confinement qu’il a ensuite détaillées en début de soirée lors d’une conférence de presse télévisée aux côtés des ministres concernés (le détail de ces annonces figure sur ma page facebook sur un post dédié). Outre les élus de la majorité, les élus socialistes et communistes ont voté en faveur des annonces pendant que le groupe Les Républicains préférait s’abstenir. Le groupe France Insoumise ainsi que les élus du Rassemblement National ont pour leur part voté contre.

Vendredi a commencé le confinement. Ainsi, pour une durée d’un mois, les déplacements non-essentiels ne sont plus autorisés. Comme annoncé par le Premier ministre, des déplacements sont autorisés dans certains contextes et sous certaines conditions que vous retrouverez via le lien ci-dessous, ainsi que les attestations associées.

https://mobile.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestations-de-deplacement?fbclid=IwAR14qfxz8qjAwy5zipHN2EYKWEuTz0lQwrn1_TSwyOwHgsXTirbekiQ72pY

En cette période complexe sanitairement et économiquement, j’en profite pour faire le point avec vous sur un sujet sur lequel je suis très engagé : nos jeunes. Le 23 juillet dernier, le Gouvernement a lancé le plan « Un jeune, une solution », plan doté d’une enveloppe de 6,5 milliards d’euros (triplement des moyens consacrés aux jeunes) et qui porte déjà ses fruits car près de 700.000 jeunes embauchés en août-septembre.

696 000 jeunes embauchés en août-septembre

o En août et septembre, près de 700 000 jeunes de moins de 26 ans ont signé un CDD de plus de trois mois ou un CDI, soit 696.000 contrats exactement. Au cours de la même période de 2019, 686 000 jeunes avaient été recrutés, ce qui représente une hausse de 1,3% sur un an.

o Sur la période, près de 50 000 entreprises ont demandé la compensation de cotisations patronales pouvant aller jusqu’à 4 000 euros, ce qui traduit un effet de rattrapage du gel des embauches du printemps.

o Pour les employeurs qui recrutent, entre le 15 octobre 2020 et le 31 janvier 2021, un jeune de moins de 26 ans résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV), l’aide de l’État est portée à 7 000 euros la première année (17.000€ sur 3 ans pour un CDI), avec la création des « Emplois Francs + ».

De bons chiffres pour l’apprentissage

o 314 000 contrats d’apprentissage (prime de 5 000 euros pour l’embauche d’un alternant de moins de 18 ans, 8 000 euros s’il est majeur) ont été signés depuis le début de l’année, ce qui permet là aussi de rattraper le retard occasionné par la crise.

o Si la dynamique se poursuit jusqu’à la fin de l’année, nous pourrions atteindre le niveau record de 368 000 contrats signés en 2019.

Le plan « Un jeune, une solution » au service de l’emploi et de la formation des jeunes

Le plan « Un jeune, une solution », construit avec les partenaires sociaux, les territoires et les entreprises pour trouver une solution adaptée à chacun, mobilise un ensemble de leviers (aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté), parmi lesquels :

o Compensation de charges de 4 000 euros pour tout jeune recruté entre août 2020 et janvier 2021 est proposée aux entreprises.

o Prime à l’embauche d’un alternant allant jusqu’à 8 000€ pour les entreprises.

o 200 000 places supplémentaires dans les filières de formation, dont 100 000 formations qualifiantes ou pré-qualifiantes proposées dans les métiers d’avenir (transition écologique, santé, numérique, et secteurs prioritaires du plan de relance). o 300 000 parcours d’insertion, dont 20%