Comme chaque lundi, vous retrouverez via cet article en ligne l’ensemble des travaux et réunions auxquels j’ai participé la semaine dernière. Mais avant de rentrer dans le détail de ces actualités, je souhaite faire avec vous un point sur la crise sanitaire que nous traversons. Le virus est toujours là et il continue de sévir. Ainsi depuis une semaine, de nouvelles mesures sanitaires pour Paris et les trois départements de la petite couronne, dont la Seine-Saint-Denis, ont été mises en place pour une durée de 15 jours. Il est important que nous continuions à rester vigilants et attentifs au bon respect des gestes barrières.

Lundi, j’ai participé à la matinée de séminaire, dédiée au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2021. Au programme de cette matinée de travail :

  • Présentation détaillée du PLFSS 2021 et de ses enjeux
  • Stratégie et portage politiques par les responsables texte avec trois focus thématiques : Ségur de la Santé, Congé Paternité, Autonomie et 5ème branche

La journée s’est poursuivie en circonscription, à la rencontre des habitants qui avaient pris rendez-vous à ma permanence de Livry-Gargan.

Mardi, le projet de loi, dit « Betterave sucrière », relatif aux conditions de mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques en cas de danger sanitaire a été adopté. Beaucoup de choses ont été dites à ce sujet, et je souhaite faire ici avec vous une présentation éclairée et loin de toutes polémique de la situation.

En raison de l’hiver le plus doux enregistré dans le pays, et d’un printemps historiquement chaud, la maladie dite de la « jaunisse de la betterave » a été, en 2020, particulièrement virulente. La plante n’est plus exploitable par les sucreries pour en faire du sucre. À ce jour, les solutions alternatives aux traitements à base de néonicotinoïdes, utilisées au cours de l’hiver dernier, se sont toutes révélées inefficaces. Alors que notre pays est le premier producteur mondial de betteraves à sucre, notre souveraineté et notre indépendance alimentaires se retrouvent ainsi menacées.

  • Si les agriculteurs ne peuvent pas planter de betteraves à la fin de l’hiver et au début du printemps prochain, les sucreries risquent de fermer rapidement : 46.000 emplois sont menacés en France, dont 25.000 agriculteurs et 21 sucreries.
  • Alors que les Français continueront de consommer du sucre dans les prochaines années, si nous n’agissons pas, nous devrons donc pour faire face à nos besoins et importer du sucre depuis la Pologne, la Belgique ou l’Allemagne, qui ont fait le choix d’utiliser de telles dérogations.

Face à cette menace de disparition de la filière française, j’ai fait le choix de m’abstenir en hémicycle lors du vote de ce texte qui pour rappel, autorise dans de strictes conditions et à titre exceptionnel, l’usage de traitements à base de néonicotinoïdes, pour l’exploitation exclusive des betteraves à sucre.

La journée de mardi, a par ailleurs été l’occasion de rappeler un sujet sur lequel je suis très engagé : reconnaitre le rôle des aidants et leur apporter un soutien financier pour leur engagement quotidien. Depuis le 1er octobre, il est possible de prendre des congés rémunérés

  • destinés aux salariés, à la fonction publique, aux indépendants & aux  demandeurs d’emplois
  • Durée maximum de 3 mois renouvelable

Enfin, cette journée s’est terminée sur une note sportive : les villes de Clichy-sous-Bois et Mairie de Livry-Gargan ont été retenues pour être centre de préparation aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 :

  • A Clichy,  le gymnase Armand Desmet accueillera des équipes de judo et taekwondo.
  • A Livry-Gargan, le gymnase Danton (escrime ) et Jacob ( gymnastique artistique ) ainsi que le parc des sports Alfred-Marcel Vincent ( handball et rugby à 7) seront aussi au cœur des jeux.

Au total, 19 sites de notre département ont été retenus.

Mercredi & Jeudi, j’ai assisté à différents travaux en commission et débats en hémicycle.

Plus particulièrement, nous avons adopté en première lecture la proposition de loi du Groupe Ecologie Démocratie et Solidarité (EDS) visant à renforcer le droit à l’avortement. Il s’agit d’une mesure concrète pour améliorer l’accès à l’IVG pour toutes les femmes alors que de fortes inégalités sociales et territoriales persistent. En effet, les difficultés d’accès à l’IVG demeurent un réel problème pour de nombreuses femmes. En France, si le droit à l’IVG a été consacré par la loi Veil de 1975, un certain nombre de freins peuvent rendre difficile l’accès à l’IVG pour des femmes se trouvant à la limite du délai légal ou vivant dans des territoires où elles peinent à trouver un professionnel de santé pratiquant l’IVG. On estime ainsi entre 3 000 et 4 000 le nombre de femmes contraintes d’avorter à l’étranger en raison du dépassement du délai légal de 12 semaines de grossesse.

Avec mes collègues députés de la majorité, nous avons  toujours été pleinement engagés pour protéger ce droit. Les propositions du texte s’inscrivent dans la continuité du rapport présenté par la Délégation aux droits des femmes (DDF) et adopté à l’unanimité le 16 septembre dernier. Fruit d’un an de travail et d’auditions des acteurs concernés, ce rapport formule une série de recommandations, dont l’extension du délai légal de 12 à 14 semaines et la suppression de la clause de conscience spécifique, mais estime aussi qu’il faut aller beaucoup plus loin en renforçant l’organisation des soins et du parcours d’IVG, l’éducation à la sexualité et la prévention en santé sexuelle, ainsi que l’effectivité de la lutte contre la désinformation et du délit d’entrave à l’IVG.

Autre sujet à l’ordre du jour de cette journée : le sport.

J’ai en effet participé, avec Regis Juanico co-président avec moi du groupe travail autour de l’organisation des jeux olympiques et paralympiques 2024,  à un temps d’échange avec la délégation interministérielle aux jeux Olympiques et Paralympiques (DIJOP). A cette occasion, j’ai pu échanger avec le nouveau délégué interministériel de cette délégation: Michel CADOT, ancien préfet de région qui a succédé à Jean CASTEX, à ce poste.

Pour rappel cette délégation est rattachée au Premier Ministre et est chargée de garantir la cohérence et l’homogénéité de l’action de l’Etat en faveur des jeux, la contribution de chaque ministère au projet Olympique et Paralympique et d’assurer la liaison avec l’ensemble des partenaires. Dans ce sens, elle assure l’animation et la coordination des administrations et établissements publics nationaux concourant à l’organisation des jeux, et veille à l’harmonisation des actions conduites, et à la réalisation des programmes d’équipements publics.

Vendredi, j’étais présent en circonscription (Clichy-sous-Bois, Coubron, Livry-Gargan, Montfermeil, Le Raincy, Vaujours), à ma permanence parlementaire. L’occasion pour moi d’échanger avec des habitants, des commerçants mais aussi des associations et des amicales de locataires sur les problématiques et interrogations.

Par ailleurs, la journée a été marquée par l’annonce d’Olivier Véran relative au déblocage d’une enveloppe de 50 millions d’euros supplémentaires pour l’ouverture de 4 000 lits à la demande dans les hôpitaux français. Cette enveloppe sera débloquée dès cette semaine pour que cette mesure puisse être effective dès le mois de décembre.

Ce weekend, j’étais présent en circonscription pour venir à votre rencontre à l’occasion de la sortie de ma lettre semestrielle d’informations, qui a été également distribuée dans toutes les boîtes