Avant toute chose, je tiens à vous adresser mes plus chaleureux remerciements pour tous vos messages d’encouragement et d’amitié que vous m’avez adressés alors que je venais de vous annoncer être positif à la COVID-19. Bien évidemment je me suis immédiatement isolé et j’ai annulé l’ensemble de mes déplacements et rendez-vous en permanence. Pour autant j’ai continué à assurer mes missions à distance.

Retrouvez donc le résumé des actualités de la semaine dernière qui a un format un peu particulier compte tenu des circonstances : organisée par actualité et non par jour de la semaine

Plan de relance : soutien aux entreprises adaptées et au monde associatif

Le gouvernement mobilise 300 millions d’euros pour les Entreprises adaptées via le plan de relance. A ce sujet, j’avais avais écrit, avant l’été, à la ministre Sophie Cluzel en charge du handicap concernant le sujet des masques inclusifs. Je suis donc ravi qu’elle se soit rendue dans notre département, sur le site de Noisy Le Sec de l’APF-France Handicap pour y saluer leur activité de production de masques inclusifs. Leur objectif annoncé en terme de production est 500 000 masques par mois.

Par ailleurs, Sarah El Haïry, Secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, a annoncé la mobilisation de 100 millions d’euros pour les associations, en complément du plan de relance. Cette annonce s’inscrit dans une volonté de soutenir le tissu associatif qui a subi de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire et du confinement. La crise sanitaire a brutalement atteint les associations dans leur fonctionnement : certaines associations ont été amenées à s’engager intensivement pour lutter contre les problématiques causées directement par le confinement. D’autres ont été contraintes à arrêter brutalement leur activité : 50% d’entre elles ont perdu leurs revenus. Il est indispensable d’apporter aux associations, qui représentent en France 22 milliards d’actifs et un budget annuel de 170 milliards d’euros, un soutien. Il en va de la richesse de notre tissu associatif.

  • 45 millions d’euros vont être consacrés à l’aide aux trésoreries d’associations par le biais de France Active. Cette mesure s’adresse à toutes les petites structures et intervient en support pour les besoins du quotidien et à la reprise de leur activité
  • 40 millions d’euros vont cibler les structures plus importantes pour renforcer leurs fonds propres et leur permettre d’investir dans des projets de long terme et d’accéder au crédit
  • Nous déployons également le projet « compte-asso » pour faciliter la vie des dirigeants associatifs. Ce dispositif leur permettra d’éviter de reconstituer pour chaque demande les mêmes dossiers administratifs
  • 15 millions d’euros seront affectés au Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire pour le renforcement des effectifs pour permettre la conduite de projets spécifiques

 Ces mesures interviennent en complément des mesures déjà déployées par le Gouvernement :

  • Le plan de relance qui soutient notamment les secteurs du tourisme, de l’aide aux personnes vulnérables, de la culture, du sport
  • Le prêt garanti par l’Etat
  • Le chômage partiel, pour les associations qui ont des salariés.

Doublement du congé de paternité

Mercredi, le Président de la République a officialisé le doublement du congé de paternité.

Concrétisation d’un engagement présidentiel, cette décision est un grand progrès, en phase avec les besoins de développement de l’enfant dans les tous premiers jours qui suivent sa naissance. Elle répond également à une aspiration profonde de nos concitoyens pour plus d’égalité dans le couple, tant dans la vie professionnelle que dans la vie familiale.

Cette décision s’appuie sur les conclusions de la commission Cyrulnik dédiée aux « 1.000 premiers jours » du nouveau-né, installée en septembre 2019 par le Président de la République. Prenant en compte le temps comme facteur clé pour que chacun des parents noue un lien essentiel avec son enfant, elle recueille un très fort soutien des spécialistes et associations de la petite enfance et de la population dans son ensemble.

Un congé de paternité de 28 jours dès 2021

  • La durée du congé de paternité va ainsi doubler et passer à 28 jours. Ce congé, créé en 2002, prévoit actuellement 11 jours, qui s’ajoutent aux 3 jours du congé de naissance.
  • L’allongement du congé de paternité sera financé par la Sécurité sociale, pour un coût lui aussi doublé et estimé à plus de 500 millions d’euros en année pleine.
  • Les trois jours du congé de naissance seront toujours à la charge de l’employeur. Les 25 autres jours seront indemnisés par la Sécurité sociale.
  • Les naissances multiples (jumeaux, triplés) donneront droit, comme aujourd’hui, à 7 jours supplémentaires.

Une mesure d’égalité entre les femmes et les hommes

  • Afin de ne pas faire peser l’essentiel de la charge parentale sur les mères, cette mesure vise ainsi à favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes, grande cause sur laquelle Emmanuel Macron s’est engagé depuis le début de son quinquennat.
  • La durée du congé maternité peut durer jusqu’à seize semaines pour un premier ou un deuxième enfant.

Une avancée sociétale majeure

  • Le nouveau dispositif représente une avancée sociétale inédite, une évolution culturelle majeure pour la place des pères auprès de l’enfant. Il permet de changer le regard de la société.
  • Ce dispositif reconnaît le rôle des deux parents et  permettra cette double présence essentielle pour « l’éveil affectif et cognitif des enfants ».
  • Cette décision place la France en tête des pays européens dans ce domaine.

Un enjeu de justice sociale

  • Les partenaires sociaux devront s’accorder sur les modalités.
  • Les entreprises ne respectant pas cette obligation s’exposeront à une amende 7.500 euros.
  • Elle vise à permettre à davantage de pères de profiter du congé de paternité, en particulier ceux qui ont un statut précaire. Aujourd’hui, 67% des pères ont recours à ce congé, avec de fortes inégalités sociales constatées : 80% des salariés en CDI y ont recours et moins de 60% en CDD.
  • En début de semaine prochaine, le secrétaire d’État Adrien Taquet apportera des précisions au dispositif qui sera mis en place.

Plan pour un Etat fort en Seine-Saint-Denis

Vendredi, le Premier ministre Jean Castex était en déplacement dans notre département accompagné de plusieurs ministres du gouvernement, pour présenter le bilan et les perspectives du « plan pour un Etat fort en Seine-Saint-Denis » devant les parlementaires et les maires.

  • Le Premier ministre a notamment annoncé que la prime de fidélisation de 10 000 euros à destination des agents de l’Etat après cinq ans d’ancienneté dans le département serait versée à partir du 1er octobre.
  • Il a rappelé que le travail de concertation avec les parlementaires et les élus locaux sur le plan d’urgence, dont les axes restent encore à définir, allait se poursuivre et j’y prendrai toute ma part.
  • Il s’est rendu au tribunal de Bobigny : 35 postes de greffiers et 12 de magistrats y ont été créés.