Lundi, j’étais présent le matin à ma permanence parlementaire pour recevoir comme chaque semaine les habitants de la circonscription et répondre à leurs interrogations sur des sujets aussi bien locaux que nationaux.

L’après-midi, j’ai regagné l’Assemblée Nationale pour assister en hemycicle à la dernière ligne droite de la lecture du projet de loi de Finances 2020. Ce texte est déterminant pour la conduite de notre politique pour l’année avenir : baisse de la pression fiscale reposant sur les ménages, poursuite de la suppression de la taxe d’habitation, etc.

Mardi, suite à un rendez-vous à ma permanence parlementaire, j’ai interrogé le Gouvernement sur les délais d’obtention d’une date pour l’examen du permis de conduire dans le département de Seine-Saint-Denis. Il apparait en effet que les délais sont particulièrement longs dans notre département et que cela peut être préjudiciable pour nos jeunes en terme financier et en matière de mobilité et d’emploi. C’est pourquoi, j’ai demandé au Gouvernement quelles mesures étaient envisagées pour permettre à ces jeunes de passer leur permis dans des délais raisonnables. Je demandais également s’il était envisagé de mettre en place un système d’inscription en ligne similaire à celui existant pour l’examen du code de la route.

En réponse, la ministre des Transports m’a indiqué que plusieurs mesures avaient été mises en place dans le 93 :

  • le nombre des agents chargés de la réalisation des examens en Seine-Saint-Denis est passé de vingt-six à trente-trois entre avril 2018 et septembre 2019.
  • Le délai médian d’attente d’une place d’examen dans ce département est passé de 60 jours en avril 2018 à 51 jours en septembre 2019.
  • Par ailleurs, un système d’inscription en ligne, à destination des candidats libres « Candilib », est en test en Seine-Saint-Denis depuis juillet 2018.

Ces mesures auxquelles s’ajouteront d’autres mesures nationales dès 2020 permettront sans aucun doute de raccourcir les délais de passage du permis de conduire.

Retrouvez sur le lien ci-dessous ma question et la réponse de la ministre : http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-7349QE.htm?fbclid=IwAR3BJmul7Qzs8wT1vb5Fb06BuhcuUR69uJsA-ue9VShZOSBpiGUZj2ZbnaE

En fin de journée, j’ai rejoint l’hémicycle pour poursuivre l’examen sur la loi eco circulaire .

Mercredi, je participais à une double audtion : la première concernait le quotas des chansons francophone et la seconde concernait la carte de spécialités dans le cadre de la réforme du BAC.

Focus sur la première audition, lors de laquelle j’ai interrogé Michèle Victory en Commission des affaires culturelles sur le système des quotas de chansons francophones à la radio qui fonctionne plutôt bien car il a permis notamment l’emergence de nouveaux artistes français, il n’en reste pas moins que le système comporte quelques anomalies car ne prenant en compte que les morceaux disposant des textes en français et excluant de fait les morceaux instrumentaux. Or la France est un pays en pointe en matière de musique électonique avec par exemple  avec des artistes de renommée internationale : pour ces derniers si leurs moceaux ne comportent pas de partie chantée, ils sont de fait exclus de ce dispositfs de quotas. Retrouvez l’intégralité de la réponse obtenue via le lien video figurant sur ma fiche député sur le site de l’Assemblée Nationale : http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA720854

En fin après-midi, je suis retourné en hémicycle pour défendre des amendements .

Jeudi matin je me suis rendu dans une classe de terminale du lycée André Boulloche de Livry-Gargan. Le 2 octobre dernier j’avais eu le plaisir de les accueillir à l’Assemblée nationale. Ma présence au sein de leur établissement a été l’occasion d’approfondir certains sujets : travail et rôle du député, fonctionnement de l’assemblée, sujets de société et questions d’actualité ont été au cœur des discussions. Accompagné d’un jeune stagiaire collégien de 3ème , j’attache beaucoup d’importance et d’intérêt à ces moments d’échanges.

En fin de semaine, le Gouvernement a mis en ligne un simulateur construit étape par étape pour accompagner et expliquer les modalités du projet de loi sur le système universel de retraites.

Pour être fiable et incontestable, ce simulateur ne peut être construit qu’au fur et à mesure où sont arrêtés les différents paramètres. La détermination des différents critères (périodes de transition, règles sur les droits familiaux, modalité d’indexation des points) fait évidemment varier les résultats possibles de chaque situation individuelle. Pour tenir compte du caractère évolutif du projet, ces outils seront mis en ligne, brique par brique. Prmeière en ligne : la brique « Suis-je concerné par la réforme ? », élaborée avec le GIP UNION RETRAITE qui regroupe les 42 régimes, permet à chacun de vérifier sa situation quant à la retraite en général et à la création du système universel en particulier.

Plus d’informations : https://suisjeconcerne.info-retraite.fr/

Vendredi j’étais présent en sous-préfecture du Raincy, pour la remise des décrets de naturalisation marquant l’entrée dans la nationalité française pour des habitants de Ville de Clichy-sous-Bois , Mairie de Livry-Gargan et Montfermeil.

Enfin, samedi je me suis rendu au  village de Noël qui s’est installé à Clichy-sous-Bois avec sa patinoire, ses animations et ses stands. Un moment de convivialité pour petits et grands.