Jeudi 5 septembre, j’assistais aux côtés des ministres Jean-Michel Blanquer et Julien Denormandie au lancement des Cités Educatives. Retour sur la genèse et les objectifs de ce dispositif ambitieux pour nos jeunes.

Le Président de la République a placé l’enjeu éducatif au cœur de l’émancipation de la jeunesse des quartiers populaires. Afin de donner tout son sens à la promesse républicaine d’égalité des chances, un travail collectif de l’ensemble des acteurs et institutions mobilisés autour de l’Ecole est plus que jamais nécessaire. En effet, plusieurs études montrent que les parcours scolaires en France sont fortement corrélés au niveau social des familles et à l’environnement proche de l’enfant tandis que, dans les quartiers prioritaires de la Politique de la ville, la concentration de ces difficultés sociales accentue ces phénomènes.

Au-delà des dispositifs et moyens déjà mis en œuvre dans le cadre d’une politique volontariste (dédoublement des classes de CP et CE1, développement de la scolarisation des enfants de moins de 3 ans, plan mercredi, dispositif « devoirs faits », etc.), nous sommes convaincus que c’est par une stratégie locale ambitieuse, un engagement continu ainsi qu’une coordination étroite des acteurs éducatifs, que nous pourrons contrer les logiques de ségrégation et de décrochage à l’œuvre dans nos quartiers. Ainsi, et sur proposition des ministres concernés, le gouvernement a décidé de proposer la mise en place de « cités éducatives », à la fois nouveau cadre collectif de travail et nouveau cap à fixer dans les sites où le défi éducatif est le plus ambitieux. 

Le programme de la « cité éducative » sera co-animé par le ministère de la ville et du logement et le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse, chargés de coordonner l’action des différents ministères et établissements publics avec l’appui des inspections générales.

« C’est par l’école qu’il est possible de lutter à la racine contre les déterminismes et les assignations, c’est par l’école qu’on élève le niveau général et qu’on œuvre à la justice sociale. Les cités éducatives, dont le cœur est le collège du quartier, vont permettre de fédérer tous les acteurs et d’offrir aux enfants une éducation de qualité sur le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire. » Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

« Je me félicite du travail conduit avec les élus afin que les cités éducatives voient le jour dès cette rentrée. Les cités éducatives s’appuieront et permettront d’amplifier le travail des acteurs de terrain – professeurs, parents, collectivités, associations – en faveur de la réussite de la jeunesse des quartiers populaires, une belle preuve d’une grande équipe pour la réussite républicaine. »
Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement

L’enjeu est double :

  • Elaborer et déployer une stratégie éducative ambitieuse, afin de renforcer la persévérance scolaire, les aspirations individuelles et les perspectives ouvertes, afin de réduire significativement les écarts de réussite avec les jeunes des autres quartiers de la ville et de l’agglomération
  • Bâtir un écosystème de coopération des acteurs éducatifs autour de l’Ecole, afin de faciliter l’exercice convergeant des responsabilités éducatives des familles, des enseignants, des personnels concernés, des collectivités locales, des intervenants sociaux et plus largement de tous les adultes concernés. Cette alliance éducative permettra l’accompagnement personnalisé des enfants vers la réussite depuis le plus jeune âge jusqu’à l’insertion professionnelle, dans tous les temps et espaces de vie

Les « cités éducatives » devront porter des projets ambitieux et un effort sur la durée. Une fois le label acquis par les 80 territoires dévoilés ce jeudi, un programme d’action pluriannuel 2019-2020-2021 sera élaboré d’ici fin 2019.

Le ministère de l’éducation nationale apportera une attention particulière aux ressources humaines nécessaires pour conforter le rôle de l’école et organiser la mise en place du dispositif, notamment par la désignation d’un Principal de collège comme chef de file pour l’ensemble des établissements relevant de la cité éducative, et à ce titre déchargé d’une partie de la gestion de son établissement. Par exemple, pour la ville de Clichy-Sous-Bois, labellisée « Cité Educative », le collège Romain Rolland est l’établissement qui sera en charge de la coordination du dispositif.

Un chef de projet opérationnel, choisi sur profil dans les équipes locales, et co-mandaté par l’Etat et la collectivité sera également nommé.

En outre, une enveloppe spécifique dédiée au programme des cités éducatives sera mobilisée pour faciliter l’accompagnement des projets locaux, dans le cadre des conventions établies après labellisation, pour la période 2019-2022. Les cités éducatives reposent sur le principe du co-financement et d’engagements conjoints de l’Etat et du territoire. Ainsi, les efforts budgétaires de l’Etat devront s’inscrire dans une dynamique partagée au niveau local, afin de permettre un effet levier. Cette enveloppe, déléguée aux préfets, sera répartie entre les territoires retenus. Elle pourra être dépensée au bénéfice de mesures existantes innovantes ainsi que d’actions nouvelles, par exemple :

  • Renforcer les programmes de réussite éducative (PRE), notamment en direction des 3/6 ans permettant d’intervenir sur le volet santé et social
  • Améliorer l’encadrement des enfants en maternelle et favoriser l’intégration du système d’accueil de la petite enfance (recrutement d’ATSEM en toute petite section, montée en qualification par la formation au diplôme d’éducateur jeunes enfants ou au concours interne d’animateur territorial)
  • Impliquer les parents et les habitants dans la vie de la cité éducative, notamment à travers les conseils citoyens ou, pour les parents-relais, des formations pluri-partenaires
  • Conforter l’encadrement éducatif (pôle « maths et sciences à l’école » mutualisé écoles-collèges, coordonnateur éducation artistique et culturelle)