Les Députés et les Sénateurs ont trouvé un compromis sur le projet de loi relatif à l’école de la confiance. Je me réjouis de ce consensus qui préserve les principales dispositions de ce texte : instruction obligatoire à 3 ans, formation renforcée des enseignants, école inclusive, obligation de formation pour les 16-18 ans, etc.

D’un commun accord, nous avons supprimé les établissements publics des savoirs fondamentaux (EPSF) qui prévoyaient d’éventuels regroupements entre écoles et collèges. Cette disposition avait suscité beaucoup d’inquiétudes des enseignants et des familles et il apparaissait préférable d’approfondir la concertation avant toute décision.

A titre personnel, je suis également très heureux de l’abandon de la disposition introduite par le Sénat concernant les « mamans accompagnatrices ». J’avais appuyé la mobilisation des foulards roses contre l’amendement LR qui voulait les priver de sorties scolaires et m’étais également opposé à un amendement identique à l’Assemblée Nationale. 

La loi définitive doit désormais être adoptée dans les jours qui viennent par l’Assemblée Nationale et le Sénat pour une entrée en vigueur à la rentrée 2019.