Conformément aux engagements du Président de la République et à la volonté du Parlement, la première phase expérimentale des emplois francs démarre cette semaine.

Cette expérimentation concerne 7 territoires (l’ensemble de la Seine Saint Denis, l’agglomération d’Angers, l’agglomération de Val de France et celle de Cergy-Pontoise dans le Val d’Oise, le territoire Grand Paris Sud, les métropoles de Marseille et de Lille), ce qui représente 194 quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et près de 25% de la population totale des QPV.

Comment le dispositif fonctionne-t-il ? 

Concrètement, toute entreprise ou toute association, où qu’elle soit située et quel que soit son secteur d’activité, bénéficiera d’une prime de 15 000 € (5000 €/an pendant 3 ans) pour l’embauche en CDI ou 5 000 € (2500 € /an pendant 2 ans) pour une embauche en CDD de plus de six mois d’un habitant – quel que soit son âge – des quartiers prioritaires de la politique de la ville choisis pour cette première étape de déploiement. C’est un effort important dans la mesure où cela représente l’équivalent de 9 mois de salaires (et de charges) pour un emploi au SMIC.

Pour faire baisser un taux de chômage qui avoisine les 25% dans ces zones (contre moins de 9% pour la moyenne nationale), la majorité parlementaire veut encourager les entreprises à embaucher des personnes qui y habitent, peu importe où le poste est situé sur le territoire.

Ce dispositif pourrait être généralisé en 2020 si l’expérimentation est concluante.

Retrouvez ci-dessous la brochure sur les emplois francs :