A l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, le Président de la République, Emmanuel Macron, a présenté la stratégie du Gouvernement en la matière, dans un discours prononcé à l’Académie française devant un public d’étudiants et de lycéens.

La stratégie présentée par le Président est « le fruit d’un travail partagé», via une grande consultation citoyenne qui a permis de recueillir plus de 5000 idées de plus de 120 pays. Le président de la République réunira une fois par an un Conseil national de la francophonie pour évaluer la mise en œuvre de cette stratégie et lancer de nouvelles initiatives.

Elle repose sur une vision ouverte et décentrée de la francophonie :« La France doit s’enorgueillir d’être aujourd’hui un pays parmi d’autres qui apprend, parle et écrit en français. »

 

Elle se structure autour d’un « triptyque» de trois grands objectifs : 

  1. Apprendre: le premier enjeu d’une politique francophone ambitieuse est celui de la transmission.
  •  En France, l’apprentissage doit être renforcé pour les populations les moins intégrées.

–          Dans les zones qui concentrent les difficultés, une action a déjà été engagée avec notamment le dédoublement des CP en Rep+. Les horaires des bibliothèques seront en outre élargis : « L’ouverture des bibliothèques, c’est un combat pour l’émancipation. »

–          Pour les réfugiés, le volume d’enseignement du français sera porté à 400h, et 600h pour les analphabètes. « Je ne vois pas de meilleur titre de séjour que la langue française. »

–          Pour les étudiants étrangers, les conditions d’accueil seront améliorées. Un plan d’ensemble dans ce sens sera présenté début 2019.

 

  • A l’étranger, la France soutiendra à la fois l’éducation enfrançais et l’enseignement du français.

–          Soutien aux systèmes éducatifs nationaux des pays francophones, notamment via un appui au développement de la formation des maîtres.

–          Renforcement de l’enseignement francophone partout dans le monde, via un élan nouveau pour les lycées français, le doublement du nombre d’élèves accueillis au sein du réseau scolaire français d’ici 2030, le doublement des co-diplômes.

 

      2. Communiquer:« le français doit permettre d’accéder à des possibles. »

  • Sur Internet et dans les médias

–          Soutien au développement des CLOMS (Cours en ligne massifs et ouverts, MOOCS) francophones.

–          Renforcement du rayonnement international des contenus francophones

–          Faire des médias francophones des références en matière de sérieux de l’information

 

  • Dans le monde diplomatique et économique 

–          Promotion de l’enseignement de deux langues en plus de la langue maternelle en Europe.

–          Promotion du français dans les institutions internationales et européennes en particulier.

–          Certification des entreprises qui encouragent le multilinguisme.

 

  1. Créer: « le Français doit être une langue qui crée le monde de demain »
  • Etablissement de « ponts et passerelles»

–          Création en 2022 d’un Laboratoire de la Francophonie au château de Villers Cotterêts, qui sera un espace de découverte de toutes les cultures francophones, un lieu de débats pour le public et de résidences pour les créateurs.

–          Des Etats généraux de l’édition en français seront organisés par le ministère de la Culture, pour décloisonner les milieux de l’édition francophone et favoriser les cessions de droits du français vers le français.

–          Renforcement de la présence des grands écrivains francophones autres que Français dans les programmes des écoles et des universités françaises.

 

  • Soutien aux industries culturelles et créatives des pays francophones d’Afriqueet des Caraïbes

–          Mission confiée à l’Agence Française de Développement pour promouvoir les industries culturelles et créatives du monde francophone

–          Création par le CNC d’un fonds pour la jeune création cinématographique en Afrique francophone et programme de co-production avec le Maroc et la Tunisie.

–          La création de Maisons de la Francophonie sera encouragée dans certains grands pays européens, voire ailleurs dans le monde.

 

  • Renforcement des Alliances et Instituts françaisen allant « au-delà des beaux quartiers ».

–          L’expansion du réseau des Alliances sera assurée à travers 10 ouvertures par an à partir de 2019.

–          Notre diplomatie culturelle sera invitée à créer des dispositifs culturels mobiles pour toucher de nouveaux publics.